• user warning: Table './obliginvest/compteur_jours' is marked as crashed and last (automatic?) repair failed query: UPDATE compteur_jours SET daycount = daycount + 1 WHERE nid = 1772 and date='2014-10-21' in /home/obliginvest/www/sites/all/modules/compteur/compteur.module on line 10.
  • user warning: Table './obliginvest/compteur_jours' is marked as crashed and last (automatic?) repair failed query: SELECT node.nid AS nid, node.title AS node_title, node.language AS node_language, counter.cpt AS node_counter_totalcount FROM node node LEFT JOIN (SELECT nid,sum(daycount) as cpt from compteur_jours where DATEDIFF(CURRENT_DATE,date)<=7 GROUP BY nid) counter ON node.nid = counter.nid WHERE (node.type in ('actualite')) AND (node.status = 1) ORDER BY node_counter_totalcount DESC LIMIT 0, 5 in /home/obliginvest/www/sites/all/modules/views/includes/view.inc on line 810.

Marché obligataire : Dans le viseur du Rhino - Semaine du 9 avril

Marché obligataire : Dans le viseur du Rhino - Semaine du 9 avril

La semaine écoulée, écourtée par le week-end de Pâques, a été particulièrement calme sur les marchés financiers. Impression de vacances accentuée par la fermeture de plusieurs jours des marchés en Chine. Les inquiétudes augmentent au sujet de la Zone Euro en général et de l'Espagne en particulier, notamment avec cette adjudication de fin de semaine qui s'est très moyennement passée. Les investisseurs sont dans l'expectative après un trimestre de hausse des marchés. Les nuages semblent s'accumuler, de plus en plus de questions sont posées. Les investisseurs sont plus enclins à protéger leurs acquis des trois premiers mois qu'à profiter du repli des deux dernières semaines pour investir comme ils l'ont fait dans l'euphorie des mois de janvier et février.

Les questions actuelles

Quelle va être la politique monétaire des banques centrales ?

Que ce soient les Minutes du FOMC ou la conférence de presse de la BCE, il ressort des dernières déclarations des banquiers centraux que de nouvelles opérations d'assouplissement monétaire ne sont pas prévues à court terme. Messieurs Draghi et Bernanke attendent de voir quelle va être l'évolution de la conjoncture économique : si les signes de reprise vont être confirmés aux Etats-Unis, si l'inflation ne va pas faire son apparition en Europe.

Les espérances (trop importantes) d'un QE 3, notamment aux Etats-Unis, ont donc été douchées ce qui a provoqué un repli des marchés. Ces derniers se demandent si la hausse peut se poursuivre sans l'aide des banques centrales. 

A notre avis il y a plusieurs éléments de réponse : certes à court terme les flux d'achats peuvent diminuer. Mais il ne faut pas oublier que si les politiques conventionnelles s'arrêtent c'est parce que l'environnement économique s'améliore, ce qui est positif à long terme. Par ailleurs, les conditions monétaires demeurent très accommodantes partout dans le monde, surtout depuis que la Banque du Japon a pris le relais de la BCE et de la FED dans l'assouplissement.

La crise des dettes souveraines en Europe va-t-elle êre aussi sérieuse qu'à l'automne dernier ?

Nos lecteurs fidèles savent ce que l'on pense des LTRO et du calme qui a régné au premier trimestre en Zone Euro : les symptômes ont été traités pour un certain temps, pas la racine du mal. Donc si la conjoncture économique ne s'améliore pas, il y aura à nouveau des problèmes en Europe. Toute la question est de savoir quelle sera la réponse de la classe politique, si les nouveaux outils comme le MES permettront d'y faire face et si les banques ont eu le temps de s'y préparer.

Il semble que les banques européennes ont eu le temps de se débarasser des obligations des pays dont elles n'ont pas la nationalité. Pour l'Espagne par exemple, se sont principalement les banques espagnoles qui y sont exposées, les banques des autres pays européens beaucoup moins. Ainsi, le marché pourra repartir quand le risque ne sera plus "systémique". 

Enfin, avec les LTRO, Mario Draghi a montré sa volonté d'agir. Il y a donc un frein très clair à la baisse : si les investisseurs pensent que la BCE sera toujours là pour empêcher les obligations et les actions de trop baisser, alors les marchés pourraient effectivement ne pas trop baisser.

L'économie chinoise va-t-elle s'arrêter brutalement ?

Les chiffres économiques du mois de mars étaient plutôt rassurants étant donné les craintes qui existaient sur la Chine (même si beaucoup de chiffres importants seront publiés la semaine prochaine). Il y a encore des incertitudes, mais pour JP Morgan par exemple, la croissance va repartir dans le courant de l'année et sera supérieure à 8% pour 2012 dans l'Empire du Milieu.

Japon et élections américaines

ll ne faut pas oublier que la banque centrale japonaise va sans doute continuer à assouplir sa politique monétaire pour essayer de créer de l'inflation dans le pays.

Enfin, les investisseurs américains qui sont très soucieux de l'Europe en ce moment, vont se mettre à regarder à nouveau leur propre pays à un moment ou à un autre. Les discussions sur le plafond de la dette pourraient revenir sur le devant de la scène et on attend en juin la décision de la court suprême sur les réformes Obama de la sécurité sociale. Mais surtout les élections présidentielles du mois de novembre vont prendre de plus en plus d'importance à mesure que l'année avance.

A surveiller au cours de la semaine du 9 avril

lundi 9 avril : Discours de Bernanke. Il pourrait définitivement trancher les discussions nées de la différence de ton entre le discours du 26 mars sur le marché de l'emploi américain et les Minutes du FOMC du 3 avril qui laissaient beaucoup moins de place à un nouveau Quantitative Easing.

mardi 10 avril : Bank of Japan. Les investisseurs occidentaux ont tendance à sous estimer l'influence de la banque centrale japonnaise et de son assouplissement monétaire couplé à l'objectif de créer de l'inflation. Il ne devrait pas y avoir de décision de prise à ce meeting, mais un nouvel assouplissement est attendu le 27 avril prochain. 

mardi 10 avril : résultats d'Alcoa. Cette société n'est pas un indicateur clé, mais comme d'habitude, elle ouvrira le bal des résultats du premier trimestre outre-Atlantique.

vendredi 13 avril : résultats des banques américaines. JP Morgan et Wells Fargo seront les premières banques à dévoiler leurs résultats du premier trimestre aux Etats-Unis. Des résultats qui seront suivis de prêts après que Moody's ait menacé de dégrader 3 banques américaines majeures (Bank of American, Citigroup et Morgan Stanley).

Chiffres économiques chinois et PIB américain : pas de date officielle de diffusion, mais de nombreux chiffres économiques chinois importants seront publiés cette semaine. Masses monétaires, CPI et PPI, balance commerciale, PIB... Ces chiffres seront d'autant plus suivis que sur le front économique la semaine sera plutôt calme pour l'Europe et les Etats-Unis. Ces dernières publieront néanmoins une estimation très attendue du PIB pour le premier trimestre, jeudi matin.

Commentaires
(0)
Obliginvest.com © 2010-2014 | A propos de Obliginvest | Contactez-nous | Mentions legales et CGU   Tous droits reservés